Réduction fiscale et soutien associatif

Via BAMP : Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles.

Nous sommes désolées de devoir parler d’argent, mais pour l’instant notre association est financée de façon principale, par les adhésions et les dons reçus.Savez-vous que pour votre adhésion à BAMP c’est vous qui choisissez le montant de votre adhésion, avec un minimum de 15 euros pour une adhésion en solo ?

Savez-vous que si vous voulez bénéficier d’une réduction d’impôts lors de votre prochaine déclaration en 2018, il faut adhérer maintenant !

Ces euros nous servent à payer les frais de fonctionnement de l’association  (site internet, les affiches et les flyers, billets de trains pour les déplacements, etc).

Voici le lien pour réaliser votre adhésion en ligne

MERCI

Publicités

Synthèse de presse via BAMP

Je délaisse complètement ce blog… je m’en excuse. Je ne fais même plus la synthèse de presse… heureusement BAMP est là ! Et à plus d’un titre.

Promis je reviens très bientôt.

PS : ceci est un nouvel article car je ne sais plus utiliser WordPress et l’article que je voulais partager n’apparaissait pas (#boulet).

L’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a publié vendredi dernier une étude épidémiologique menée sur 500 garçons, dont les mères ont été exposées pendant leurs grossesses à certains phénols et phtalates, ce qui est associé à des troubles du comportement chez les petits garçons entre 3 et 5 ans. L’étude […]

via Parce que nos enfants et nous-mêmes, le valons bien ! — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles.

Synthèses de presse

Des chercheurs modifient des embryons humains porteurs d’une maladie génétique

Une équipe internationale réunissant des chercheurs américains, coréens et chinois a annoncé avoir « opéré » avec succès des embryons humains porteurs d’une maladie génétique. Ainsi, les chercheurs ont réussi à modifier 42 embryons de laboratoire sur 58. Au moment de la fécondation, les scientifiques ont injecté un « ciseau » génétique, le Crisp-Cas 9, programmé pour couper l’ADN du chromosome 10 dans lequel se trouve le gène défectueux, permettant ainsi sa réparation. Selon Pierre Cordelier, directeur de recherche et président de la Société française de thérapie cellulaire et génique, « c’est une avancée extrêmement importante, une belle réalisation technologique. Mais pas seulement, car elle lie l’outil Cripr-Cas9 au tout début du développement embryonnaire. On a ainsi des réponses à des questions fondamentales sur l’embryogenèse. »

Le Figaro, 02/08

Des experts de l’Agence de biomédecine veulent fixer à 60 ans l’âge limite d’assistance à la procréation pour les hommes. En effet, la loi de bioéthique en France réserve ces techniques médicales aux hommes et aux femmes « en âge de procréer », sans plus de précisions.En juin dernier, un Français de 69 ans avait d’ailleurs obtenu le droit d’utiliser ses gamètes dans le cadre de la PMA, malgré l’opposition de l’Agence. 

Le Figaro, 29/07

Première correction d’ADN sur des embryons humains aux Etats-Unis

La Tribune rapporte une toute nouvelle expérience menée par des chercheurs de l’Oregon Health and Science University, aux Etats-Unis, et publiée mercredi 26 juillet dans la MIT Technology Review. Les scientifiques ont réussi à corriger l’ADN d’embryons humains à l’aide de la méthode CRISPR-Cas9, ou ciseaux moléculaires. « L’objectif de l’équipe est de montrer que cette technique permet d’éliminer des maladies génétiques comme la thalassémie bêta, une maladie de l’hémoglobine », précise le quotidien. Cependant, ce n’est pas la première fois que des corrections d’ADN ont été réalisées par l’intermédiaire de CRISPR-Cas9. En effet, La Tribune commente que l’Université de médecine de Canton en Chine, avait déjà utilisé cette méthode début 2017, en sachant que deux expériences sur des embryons défectueux se sont déroulées dès l’année 2015.

La Tribune, 28/07

Synthèse de presse

Des ovaires artificiels contre l’infertilité
Une équipe de chercheurs de l’université Northwestern à Chicago a utilisé l’impression 3D pour permettre à des souris stériles de donner naissance, grâce à des ovaires artificiels, rapporte Le Figaro. Constitués d’un maillage en gélatine dans lequel sont placés des follicules ovariens préalablement prélevés chez la femelle, ces ovaires représentent « un espoir pour les femmes traitées pour leucémie », souligne le journal. Selon le dernier bilan du groupe de recherche et d’étude sur la cryoconservation de l’ovaire et du testicule, 393 Françaises traitées pour leucémie ont bénéficié d’une conservation de tissu ovarien depuis 1995.

Le Figaro, 19/05